17 juillet 1915 – Désertions

Les désertions continuent du côté français. Mercredi matin on amenait à l’hôtel de ville de Porrentruy un soldat d’origine française qui le soir était dirigé sur Berne. Hier matin, trois engagés volontaires, d’origine suisse, étaient à leur tour arrêtés à la frontière et amenés à Porrentruy. Ils ont passé à Delémont où ils ont été interrogés. Des journaux critiquent vertement toutes ces désertions, toutefois il faut savoir qu’au début de la guerre, ces jeunes gens, habitant la France, avaient été plus ou moins forcés de prendre du service, n’ayant…

Commentaire

En 1914, la France fait figure de puissance démocratique qui défend le droit international en venant au secours de la Belgique agressée par une Allemagne adepte cynique d’une politique de force. Entre 2500 et 3000 Suisses s’engagent dans la Légion étrangère, notamment parmi ceux qui résident en France et qui n’ont pas la nationalité française. De l’avis d’Arthur Daucourt, oncle de deux Suisses de Joncherey combattant dans les armées françaises, les autorités de ce pays font pression sur ces expatriés helvétiques pour les inciter à « prendre du service », peut-être en les menaçant d’expulsion, eux et leurs familles, s’ils ne signent pas un engagement. Ces jeunes gens, qui n’imaginent pas une seconde, en 1914, que la guerre est terriblement meurtrière et qu’elle va durer quatre ans, entrent ainsi sans trop d’états d’âme dans la Légion. Après quelques mois, effarés par l’horreur des combats, les survivants désertent et cherchent à passer en Suisse, leur pays d’origine.


Publications récentes