9 janvier 1915 – La Confédération instaure le monopole des blés

Le projet d’arrêté concernant l’introduction du monopole des blés a été rédigé à la fin de l’année 1914 et présenté mardi au président de la Confédération. Le texte de cet arrêté ne contient pas le terme de monopole. Il statue seulement que la Confédération peut importer des céréales ; effectivement c’est le monopole. Le monopole tel qu’on va l’introduire est le seul moyen qui puisse nous garantir des approvisionnements suffisants en céréales. Nos approvisionnements et les envois encore en route sont si importants que la Suisse peut se considérer comme suffisamment pourvue jusqu’à la moisson prochaine. Le Département militaire fédéral n’a jamais rencontré d’entraves du côté des autorités étrangères. Pendant quelques jours, nous avons reçu jusqu’à 350 wagons de blé par jour.

Commentaire

Succédant à un protectionnisme hérité de l’Ancien Régime, la Suisse se convertit au libre-échange à la Belle Epoque, y compris en matière agricole. Largement importateur de blés, de vins et de viandes, le pays vit péniblement les perturbations des échanges consécutives aux déclarations de guerre d’août 1914. La pénurie de céréales panifiables, notamment, est préoccupante et la Confédération décide, en janvier 1915, d’instaurer un monopole sur le commerce des blés qui relèvera désormais de son seul ressort. Cette mesure permet à la Suisse d’importer du froment au gré des besoins déterminés par l’Administration fédérale, mais elle implique également le contrôle de la production indigène, notamment en ce qui concerne les prix des céréales acquises auprès des cultivateurs helvétiques. De ce fait, la paysannerie passe sous le contrôle – ou plutôt sous la protection – de la Confédération qui veille à la prospérité d’une classe vue comme un des piliers d’une société traditionnelle que l’on sait menacée.


Publications récentes

© 2014 Musée jurassien d'art et d'histoire, Delémont.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now