11 décembre 1914 – Les Delémontains découvrent le cinéma

1914_11decembre_56_Copyright.jpg

On annonce également l’ouverture du cinéma. Le monde a de l’argent pour les fêtes et les plaisirs, mais on crie famine quand il faut payer les impôts. On pleurait il y a quatre mois et on rit à présent tandis que nos frères belges sont dans la misère et que des milliers de soldats souffrent dans les tranchées. Oh ! folie des égoïstes. En somme nos Vadais sont peu généreux.


Commentaire

L’abbé Daucourt, observateur lucide des mœurs de son temps ou vieux grincheux stigmatisant ses contemporains à bon compte ? L’avant-guerre se caractérise ici comme ailleurs par le développement du cinéma, muet et en noir et blanc, bien entendu. Ce loisir devient très rapidement populaire parce que le public peut se distraire à bon marché. La population raffole également des actualités filmées, pourtant censurées par les pays belligérants. Malgré les prescriptions canoniques qui interdisent aux ecclésiastiques la fréquentation des salles de spectacle, l’abbé Daucourt se rend au cinéma de Delémont qui vient d’ouvrir ses portes. Dans son « Journal », il avoue être bouleversé par les reportages sur les premières batailles de la Grande Guerre.



Publications récentes